Chroniques de la haine #4 – Le sexe selon la presse féminine

Quel est le fuck avec la presse féminine ?

Il y a quelques jours, alors que j’étais tranquillement en train de mater des gifs de chat travailler, je suis tombée sur un article qui expliquait comment avoir un orgasme en dix points.

Bordel, mais vous voulez pas nous foutre un peu la paix ? Sans déconner, je sais que ce que je vais dire a sans doute déjà été mâché, remâché et dégluti avant d’être encore remâché, mais la vie en communauté est déjà assez contraignante sans qu’on vienne en plus me dire quoi faire jusque dans mon pieu.

Gif 1.gif
C’est pas toujours facile de se maîtriser

Je sais bien, le cul, ça fait vendre, c’est pas à moi que tu vas apprendre ça. Mais nom de Dieu, dans les années 60-70, il s’est passé un truc qu’on appelle la révolution sexuelle. L’un des points principaux de cette doctrine, c’était qu’on devait arrêter de vouloir normer à tout prix l’acte sexuel.

Mais apparemment, la presse féminine semble avoir plutôt retenu un autre effet secondaire de la révolution sexuelle, qui est la jouissance sans complexe et surtout, comment l’atteindre.

Le résultat de tout ça, c’est qu’on ressent un putain de sentiment de culpabilité après avoir terminé l’article. Si je n’ai pas eu d’orgasme, c’est de ma faute du coup ? Qu’est-ce que je fais mal ? Ou alors, on rejette la faute sur le/la partenaire, parce qu’apparemment, il s’y prend vraiment comme un manche, le con.

Pour peu que l’article soit également un publirédac sournois destiné à vendre des vibros, on va aussi se jeter sur la page sextoys des 3 Suisses. Ah ça fait marcher l’économie, y’a pas à dire.

Gif 2
C’est un peu énervant.

Laissez-nous fourrer tranquille. Le sexe, c’est pas une question de performance, c’est censé être un moment de détente. J’ai pas envie qu’on vienne me dire qu’il faut que je fasse l’amour au moins trois fois par semaine parce qu’une étude foireuse a affirmé que c’était bon pour mon coeur.

Qu’est-ce que j’en ai à foutre ? Tu crois franchement que je pense à l’état de mon battant quand j’ai envie de m’encanailler ? Parle-moi d’oméga-3 dans ce cas-là, on pourra peut-être se comprendre.

Gif 5.gif
Aucune allusion sexuelle dans ce sandwich de forme phallique. Il est juste plein d’oméga-3.

Pour en revenir à l’orgasme, depuis quand c’est une obligation ? Ça fout une pression monstrueuse aux deux partenaires. Et quand t’es sous pression, tu baises mal, il faut pas sortir de Polytech’ pour le comprendre.

Le sexe, personne ne le ressent de la même façon. Il y a ceux pour qui ce n’est pas indispensable, ceux qui ne peuvent pas s’en passer, il y a les couples, les célibataires, les libertins, les asexuels, tout un tas de gens qui interprètent le sexe totalement différemment. Parfois, ça matche et parfois pas, on va pas en faire tout un frometon.

Bah oui, il y a des fois où je suis fatiguée. Parfois, j’ai envie, parfois pas. Parfois j’ai un orgasme, et d’autres fois non. Mais pour peu que ça matche avec mon partenaire de jeu, ça n’en reste pas moins le panard total.

Gif 3.gif
Voilà, gratte-moi le dos.

Si tu ne différencies pas plaisir et orgasme, tu te voues à une insatisfaction éternelle mon petit bichon. L’orgasme, c’est un peu la cerise sur la Forêt-Noire en ce qui me concerne. Et Dieu sait que j’aime la Forêt-Noire (je déconne pas, c’est vraiment trop bon).

Sérieusement, contentez-vous de kiffer. Faites des expériences, pas parce qu’on vous conseille de les faire mais parce que vous en avez vraiment envie. C’est pas parce que vous n’avez pas eu d’orgasme que vous avez un problème. Je répète : le sexe n’est pas une performance. Si on était des machines, ça se saurait.

Et puis tout le temps que tu passes à te poser des questions sur ton cul, c’est du temps que tu passes à ne pas l’utiliser. Et c’est quand même bien dommage.

Gif 4.gif
Il a choisi son camp.
%d blogueurs aiment cette page :