Je ne suis pas féminine : comment survivre en société ?

Il n’y a pas si longtemps, je suis tombée sur un magnifique article sur la plateforme Wikihow. Le titre était évocateur et a attiré mon attention immédiatement : « Comment être une fille féminine ? ». Autrement dit, une fascinante méthode en trois points (plus des sous-points) pour devenir LA fille, celle sur qui tout le monde se retourne parce qu’elle fait briller le monde avec son teint si lumineux.

La méthode est fascinante. Vraiment. Long story short, ça t’apprend qu’il faut garder ta personnalité, tout en modifiant constamment cette personnalité. Ah. Ah bah d’accord.

Mais ne soyons pas d’horribles mégères, l’auteur nous prévient dès le départ :

« Cet article est bien entendu un cliché divertissant et n’est pas à prendre au pied de la lettre ».

Pour un site dont la page d’accueil spécifie très sérieusement que « Nous essayons d’aider chaque personne sur la planète à apprendre comment tout faire », c’est tout de même très étrange. Comment on appelle ça déjà ? Ah oui. Chier dans la colle. Pardon maman.

Revoyons ensemble le plus gros de leur méthode.

  • Se comporter en fille féminine

Se comporter comme une vraie femme n’est pas chose aisée et nécessite l’établissement de plusieurs sous-points. Le premier d’entre eux est sans doute le plus important : être gracieuse. Ladies, vous vous devez d’être des danseuses. Ne balance pas tes bras comme une racaille. Garde-les le long du corps, mais sans que ce soit trop rigide. Ne t’avachis pas sur le canapé quand tu regardes The Walking Dead. On sait que tu as eu une longue journée mais enfin, tu es une fille ou pas ? Bon. Alors.

Ne fais pas ça. Interdit.
Ne fais pas ça. Interdit.

Deuxième sous-point : avoir une super personnalité. Que l’auteur définit par « personnalité légère ». N’essayons pas de comprendre trop fort ce que ça veut dire. Comprendre, ce n’est pas féminin.  Ce qu’il faut faire plutôt, c’est avoir plein d’amis, plein d’activités, plein de centres d’intérêt.

Et non, regarder The Walking Dead en mangeant des chips ne compte pas comme un centre d’intérêt. Même si tu te redresses sur le canapé, désolée. Oublie également la politique puisqu’une fille qui se prend trop au sérieux, ce n’est pas attirant.

Sous point n°3 : sois gentille. « Comme une princesse Disney », et ce n’est pas moi qui le dit. Une princesse Disney est constamment de bonne humeur, on s’en fout que tu aies tes règles. Ne pourris pas le groove de l’empereur. Et surtout n’oublie pas : « Tout le monde mérite sa chance ». L’homme qui vient de te peloter les fesses dans le métro est sans doute un homme plein de considération qui mérite que tu lui accordes un peu de ton temps.

Sous point n°4 : sois romantique. Jette moi cette playlist éclectique pleine de musiques outrageusement entraînantes. Dorénavant, ton MP3 contiendra la BO de N’oublie Jamais et Titanic. Attention, les chansons spéciales ruptures ne sont pas considérées comme romantiques puisqu’une fille doit constamment être de bonne humeur (voir sous-point n°3).

Comme je l'ai dit, tout le monde mérite sa chance.
Comme je l’ai dit, tout le monde mérite sa chance.

Concernant la culture, le sous-point n°5 spécifie que tu te dois d’aimer la pop. Le contraire serait offensant pour tes consoeurs. En ce qui concerne les romans, jette tes polars et remplis ta bibliothèque des proses de Jane Austen, ou son contemporain Marc Levy (ou Guillaume Musso pour la diversité).

Je passe sur le 6e sous-point qui traite des virées shopping, je suppose que comme toutes les créatures possédant deux chromosomes X, tu es déjà au fait des prochaines dates des soldes. Ceci étant dit, le sous-point n°7 est crucial. Arrête de jurer. Traiter quelqu’un de « crétin », ce n’est pas féminin, et je ne te parle même pas du mot « imbécile ». Surveille ton langage. « Punaise » est une interjection acceptable.

Faisons un lien avec le sous-point n°8 qui t’apprend à parler correctement. Encore une fois, Jane Austen est ta nouvelle meilleure amie pour apprendre à parler correctement. Préfère dire « Vous prenez toujours plaisir à me vexer et n’avez aucune pitié pour mes pauvres nerfs ! » au lieu de « Me parle pas de ça, ça me casse les couilles ».

What did you say ?
What did you say ?

Nous avons fait le tour des sous-points du point numéro 1, nous pouvons passer au point numéro 2.

  •  S’habiller comme une fille féminine

Non. Je ne peux pas. Si je continue, je vomis sur mon clavier. Et si je fais ça, il restera des morceaux pendant des semaines. J’ai un gros problème avec la définition de la féminité. De la masculinité également. J’ai été élevée dans un milieu plutôt neutre et mon hobby quand j’étais jeune, c’était de prendre un fusil et de tirer sur des cibles en carton.

Si on s’en tient aux points précédents, je ne suis donc pas féminine. J’ai pourtant un utérus, deux chromosomes X et une carte d’identité qui confirme tout ça. Enfin, ça ne spécifie pas littéralement que j’ai un utérus, mais c’est tout comme.

L’important, c’est d’exploiter son talent

J’ai toujours pensé que les personnes qui me reprochaient mon manque de « féminité » étaient de sombres merdes. L’important, c’est d’être fier. C’est très cliché mais je vais expliquer. Par exemple, je sais faire bouger mes oreilles et j’imite très bien Céline Dion. J’ai également un talent certain pour les expressions affreuses, apprises grâce à mon père. Connaître 24 expressions différentes pour la grosse commission, c’est un talent qui demande du temps et de l’investissement. Et ça fait ma fierté.

Toujours exercer ses talents.
Toujours exercer ses talents.

Crois-moi, si tu es une fille, que tu aimes déclamer l’alphabet en rotant et qu’on t’en tient rigueur, refais-le à 3 centimètres du nez de ton interlocuteur. De même si tu es un homme et que tu lis Marc Levy aux toilettes. J’avoue que j’ai envie de te juger mais enfin, c’est ta vie, pas la mienne.

Si tu es un homme, clame au monde que toi aussi, tu pètes des coeurs en sucre qui sentent comme un jardin de roses à l’orée de l’été. Homme ou femme, si tu as envie d’en faire des très gras qui sentent la mort à trois kilomètres, tu peux aussi. Ceci dit, garde un peu de considération pour autrui et ne le fais pas dans un espace réduit. Ou ne secoue pas sauvagement la couette juste après.

Sur ces bonnes paroles, je te laisse, j’ai rendez-vous avec mon papa. Une féminité comme la mienne, ça s’entretient.

%d blogueurs aiment cette page :