Les gens qui ne se couvrent pas la bouche sont des connards

Paris, en hiver, c’est un peu le petit monde des gastro, des rhino-pharyngites, des otites, des angines et j’en passe… Évidemment, les températures sont basses, le soleil n’est pas forcément au rendez-vous, on passe du froid au chaud en rentrant dans n’importe quelle boutique et la pollution n’arrange rien. Mais tout cela serait bien plus gérable si les gens n’étaient pas des putain de sprays à germes. Je dis « les gens » mais ne vous méprenez pas : je ne parle pas de tout le monde. Simplement des connards/connasses qui ne couvrent pas leur bouche/nez quand ils toussent ou éternuent.

eternuement distance
L’humain : un spray à germes en puissance

Que ces connards fassent ça seuls chez eux, je m’en tape. Qu’ils aspergent leur moquette de morve si ça leur chante. Mais quand ça se passe dans le métro, dans la rue, dans un magasin… bref, là où il y a du monde, ces gros dégueulasses méritent d’être envoyés au bagne. Ok, le bagne n’existe plus mais je peux sans problème leur trouver une autre punition à la hauteur de leur méfait : au choix, marcher pieds nus sur des Lego, avaler du Tabasco de travers, péter tous les lacets de ses derbys. Et encore, je suis gentille (ça m’arrive).

Ces connards ne se rendent-ils pas compte qu’ils envoient leurs germes sur tout individu se trouvant non loin et, accessoirement, sur des objets que d’autres touchent ? Parce que je ne sais pas si ces distributeurs de morve le savent mais, à chaque éternuement, l’humain projette des postillons jusqu’à 6 mètres ! Pour vous donner une idée : il n’y a pas deux mètres entre deux strapontins du métro parisien.

Voici d’ailleurs une petite expérience très bien foutue sur les sprays à germes que nous sommes :

Ce n’est pourtant pas compliqué de couvrir sa bouche quand on tousse ou éternue. Mais non.

Moi à chaque fois qu'un spray à germes sévit #grosdégueu
Moi à chaque fois qu’un spray à germes sévit #grosdégueu

Vous me direz, ils sont peut-être généreux, tout simplement. Ils souhaitent peut-être partager avec nous ce fabuleux virus de la grippe et tous les symptômes qui l’accompagnent : les éternuements incessants et les sueurs froides en première ligne. Parce que c’est bien connu, tu as envie de tuer un paquet de mouchoirs en moins d’une heure. Tu as envie de cracher tes poumons et de faire un petit vomis de temps à autre… Nope ! Personne ne veut ça. Personne !!! Alors maintenant, ça suffit. On se couvre bien la bouche et on ne sert la main de personne.

** PS : Dans le genre coup de gueule/ ras-le-bol/ passage de nerfs, Bernie a lancé ses Chroniques de la Haine et autant vous dire qu’elle a de quoi écrire. Avec humour, toujours.

*** Parce que j’y vis, je parle de Paris dans cet article. Mais, bien évidemment, cet article est général. Le partage de germes n’est tolérable nulle part. NULLE PART !

 

%d blogueurs aiment cette page :